Translation Information

Project website github.com/worldbank/sdg-metadata
Instructions for translators

This project is limited to Russian translation only, for now.

More detailed instructions to come.

Project maintainers User avatar brockfanning
Translation process
  • Translations can be made directly.
  • Translation suggestions are turned off.
  • Any authenticated user can contribute.
  • The translation uses bilingual files.
Translation license MIT License
Source code repository https://github.com/worldbank/sdg-metadata
Repository branch master
Last remote commit Merge pull request #301 from weblate/weblate-sdg-metadata-1-1-1a ffcaa7adcc
User avatar jenpark9 authored 2 hours ago
Weblate repository https://hosted.weblate.org/git/sdg-metadata/1-1-1a/
Filemask translations/*/6-5-2.po
Translation file translations/fr/6-5-2.po
User avatar None

Resource update

SDG Metadata / 6-5-2French

Resource update a month ago
User avatar mirigaj

New translation

SDG Metadata / 6-5-2French

<h1>References</h1>
<h2>URL:</h2>
<p><a href="http://www.unesco.org/new/en/ihp%20">http://www.unesco.org/new/en/ihp</a> <a href="http://www.unece.org/env/water/">http://www.unece.org/env/water/</a></p>
<h2>References:</h2>
<p>The methodology is established and is based on the main principles of customary international water law, also contained in the two UN conventions - Convention on the Law of the Non-navigational Uses of International Watercourses (New York, 1997) and the Convention on the Protection and Use of Transboundary Watercourses and International Lakes (Helsinki, 1992) &#x2013; as well as the draft Articles on The Law of Transboundary Aquifers (2008; UN General Assembly resolutions 63/124 and 66/104).</p>
<p>Convention on the Protection and Use of Transboundary Watercourses and International Lakes: a globalizing framework <a href="http://www.unece.org/env/water.html%20">http://www.unece.org/env/water.html</a></p>
<p>Reporting under the Water Convention <a href="http://www.unece.org/fileadmin/DAM/env/documents/2015/WAT/11Nov_1719_MOP7_Budapest/ECE_MP.WAT_2015_7_reporting_decision_ENG.pdf">http://www.unece.org/fileadmin/DAM/env/documents/2015/WAT/11Nov_1719_MOP7_Budapest/ECE_MP.WAT_2015_7_reporting_decision_ENG.pdf</a></p>
<p>GEMI &#x2013; Integrated Monitoring of Water and Sanitation-related SDG Targets <a href="http://www.unwater.org/gemi/en/">http://www.unwater.org/gemi/en/</a> </p>
<p>Global Environment Facility&#x2019;s Transboundary Waters Assessment Project <a href="http://www.geftwap.org/">http://www.geftwap.org/</a> </p>
<p>Treaties on transboundary waters: Transboundary Freshwater Dispute Database (TFDD) at Oregon State University <a href="http://www.transboundarywaters.orst.edu/publications/atlas/index.html">http://www.transboundarywaters.orst.edu/publications/atlas/index.html</a> </p>
<p>River Basin Organisations <a href="http://www.transboundarywaters.orst.edu/research/RBO/index.html">http://www.transboundarywaters.orst.edu/research/RBO/index.html</a> </p>
<p>A regional example: Status of transboundary water cooperation in the pan-European region: <a href="http://www.unece.org/env/water/publications/pub/second_assessment.html">http://www.unece.org/env/water/publications/pub/second_assessment.html</a> </p>
<p>Internationally Shared Aquifer Resources Management (UNESCO&#x2019;s International Hydrological Programme): Regional inventories of transboundary groundwaters <a href="http://www.isarm.org/%20">http://www.isarm.org/</a> </p>
<p>Transboundary Waters Assessment Programme <a href="http://www.geftwap.org/">http://www.geftwap.org/</a></p>
<h1>Références</h1>
<h2>URL : </h2>
<p><a href="http://www.unesco.org/new/en/ihp%20">http://www.unesco.org/new/en/ihp</a> <a href="http://www.unece.org/env/water/">http://www.unece.org/env/water/</a></p>
<h2>References:</h2>
<p>La méthodologie est établie et se fonde sur les grands principes du droit international coutumier de l'eau, également contenus dans les deux conventions des Nations unies - la Convention sur le droit relatif aux utilisations des cours d'eau internationaux à des fins autres que la navigation (New York, 1997) et la Convention sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontières et des lacs internationaux (Helsinki, 1992) &#x2013; ainsi que dans le projet d'articles sur le droit des aquifères transfrontières (2008 ; résolutions 63/124 et 66/104 de l'Assemblée générale des Nations unies) </p>.
<p>Convention sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontières et des lacs internationaux : un cadre de mondialisation <a href="http://www.unece.org/env/water.html%20">http://www.unece.org/env/water.html</a></p>
<p>Rapports au titre de la Convention sur l'eau <a href="http://www.unece.org/fileadmin/DAM/env/documents/2015/WAT/11Nov_1719_MOP7_Budapest/ECE_MP.WAT_2015_7_reporting_decision_ENG.pdf">http://www.unece.org/fileadmin/DAM/env/documents/2015/WAT/11Nov_1719_MOP7_Budapest/ECE_MP.WAT_2015_7_reporting_decision_ENG.pdf</a></p>
<p>GEMI &#x2013; Surveillance intégrée des objectifs des ODD relatifs à l'eau et à l'assainissement <a href="http://www.unwater.org/gemi/en/">http://www.unwater.org/gemi/en/</a> </p>
<p>Projet d'évaluation des eaux transfrontalières du Fonds pour l'environnement mondial <a href="http://www.geftwap.org/">http://www.geftwap.org/</a> </p>
<p>Traités sur les eaux transfrontalières : Transboundary Freshwater Dispute Database (TFDD) à l'université d'État de l'Oregon <a href="http://www.transboundarywaters.orst.edu/publications/atlas/index.html">http://www.transboundarywaters.orst.edu/publications/atlas/index.html</a> </p>
<p>Organismes de bassin <a href="http://www.transboundarywaters.orst.edu/research/RBO/index.html">http://www.transboundarywaters.orst.edu/research/RBO/index.html</a> </p>
<p>Un exemple régional : État de la coopération sur les eaux transfrontalières dans la région paneuropéenne : <a href="http://www.unece.org/env/water/publications/pub/second_assessment.html">http://www.unece.org/env/water/publications/pub/second_assessment.html</a> </p>
<p>Gestion des ressources des aquifères partagés au niveau international (Programme hydrologique international de l'UNESCO &#x2019;s) : Inventaires régionaux des eaux souterraines transfrontalières <a href="http://www.isarm.org/%20">http://www.isarm.org/</a> </p>
<p>Programme d'évaluation des eaux transfrontalières <a href="http://www.geftwap.org/">http://www.geftwap.org/</a></p>
a month ago
User avatar mirigaj

Translation changed

SDG Metadata / 6-5-2French

<h2>Sources of discrepancies:</h2>
<p>As the computation of the indicator is based on the spatial information (&#x201C;transboundary basin area&#x201D;) and operationality of arrangements as the two basic components, differences can arise in difference of the computation of each of these components individually.</p>
<p>Regarding both components, the Member States have the most up-to-date information, which can be supplemented by the data from various international projects and inventories, which contribute also to establishing a baseline globally.</p>
<p>The difference on the value of transboundary basin area can arise from a different delineation of the transboundary water bodies, especially aquifers, or even the consideration of their transboundary nature as their identification and delineation can be based on different hydrogeological studies and can be updated, which is not necessarily reflected in international database.</p>
<p>The difference in the consideration of the operationality of the arrangements may arise from not identifying the same arrangements or considering differently the four criteria that serve as the basis for the operationality classification: </p>
<ul>
<li>existence of a joint body, joint mechanism or commission for transboundary cooperation </li>
<li>regularity of formal communication in form of meetings </li>
<li>existence of joint or coordinated water management plan(s), or of joint objectives </li>
<li>regular exchange of information and data </li>
</ul>
<p>A different interpretation in the object of application (only surface water or both surface water and groundwater) may constitute another reason.</p>
<p>Collection of country input through validation mechanisms, notably the reporting under the Water Convention is expected to improve the consistency and accuracy of the information across the countries as the monitoring progresses.</p>
<h2>Sources des divergences : </h2>
<p>Comme le calcul de l'indicateur est basé sur l'information spatiale (&#x201C;zone de bassin transfrontalier&#x201D;) et l'opérationnalité des arrangements comme les deux composantes de base, des différences peuvent survenir dans le calcul de chacune de ces composantes individuellement.</p>.
318]

<p>
Pour ces deux composantes, les États membres disposent des informations les plus récentes, qui peuvent être complétées par les données de divers projets et inventaires internationaux, qui contribuent également à établir une base de référence au niveau mondial.</p>.
558] La différence de valeur d'une zone de bassin transfrontalière peut résulter d'une délimitation différente des masses d'eau transfrontalières, en particulier des aquifères, ou même de la prise en compte de leur nature transfrontalière, car leur identification et leur délimitation peuvent être basées sur des études hydrogéologiques différentes et peuvent être mises à jour, ce qui n'est pas nécessairement reflété dans la base de données internationale.</p>.
944]

<p>
La différence dans l'examen de l'opérationnalité des accords peut résulter du fait de ne pas identifier les mêmes accords ou de considérer différemment les quatre critères qui servent de base à la classification de l'opérationnalité : </p>
<ul>
<li>existence d'un organe commun, d'un mécanisme commun ou d'une commission pour la coopération transfrontalière </li>
<li>Régularité des communications formelles sous forme de réunions. </li>.
<li>existence d'un ou plusieurs plans de gestion de l'eau communs ou coordonnés, ou d'objectifs communs. </li>.
<li>échange régulier d'informations et de données. </li>.
</ul>
<p>Une interprétation différente dans l'objet de l'application (uniquement les eaux de surface ou à la fois les eaux de surface et les eaux souterraines) peut constituer une autre raison. </p>
<p>La collecte des données des pays par le biais de mécanismes de validation, notamment les rapports établis au titre de la Convention sur l'eau, devrait améliorer la cohérence et l'exactitude des informations dans les pays à mesure que la surveillance progresse.</p>
a month ago
User avatar mirigaj

New translation

SDG Metadata / 6-5-2French

<h2>Sources of discrepancies:</h2>
<p>As the computation of the indicator is based on the spatial information (&#x201C;transboundary basin area&#x201D;) and operationality of arrangements as the two basic components, differences can arise in difference of the computation of each of these components individually.</p>
<p>Regarding both components, the Member States have the most up-to-date information, which can be supplemented by the data from various international projects and inventories, which contribute also to establishing a baseline globally.</p>
<p>The difference on the value of transboundary basin area can arise from a different delineation of the transboundary water bodies, especially aquifers, or even the consideration of their transboundary nature as their identification and delineation can be based on different hydrogeological studies and can be updated, which is not necessarily reflected in international database.</p>
<p>The difference in the consideration of the operationality of the arrangements may arise from not identifying the same arrangements or considering differently the four criteria that serve as the basis for the operationality classification: </p>
<ul>
<li>existence of a joint body, joint mechanism or commission for transboundary cooperation </li>
<li>regularity of formal communication in form of meetings </li>
<li>existence of joint or coordinated water management plan(s), or of joint objectives </li>
<li>regular exchange of information and data </li>
</ul>
<p>A different interpretation in the object of application (only surface water or both surface water and groundwater) may constitute another reason.</p>
<p>Collection of country input through validation mechanisms, notably the reporting under the Water Convention is expected to improve the consistency and accuracy of the information across the countries as the monitoring progresses.</p>
<h2>Sources des divergences : </h2>
Comme le calcul de l'indicateur est basé sur l'information spatiale (&#x201C;zone de bassin transfrontalier&#x201D;) et l'opérationnalité des arrangements comme les deux composantes de base, des différences peuvent survenir dans le calcul de chacune de ces composantes individuellement</p>.
318] Pour ces deux composantes, les États membres disposent des informations les plus récentes, qui peuvent être complétées par les données de divers projets et inventaires internationaux, qui contribuent également à établir une base de référence au niveau mondial</p>.
558] La différence de valeur d'une zone de bassin transfrontalière peut résulter d'une délimitation différente des masses d'eau transfrontalières, en particulier des aquifères, ou même de la prise en compte de leur nature transfrontalière, car leur identification et leur délimitation peuvent être basées sur des études hydrogéologiques différentes et peuvent être mises à jour, ce qui n'est pas nécessairement reflété dans la base de données internationale</p>.
944] La différence dans l'examen de l'opérationnalité des accords peut résulter du fait de ne pas identifier les mêmes accords ou de considérer différemment les quatre critères qui servent de base à la classification de l'opérationnalité : </p>
<ul>
<li>existence d'un organe commun, d'un mécanisme commun ou d'une commission pour la coopération transfrontalière </li>
<li>Régularité des communications formelles sous forme de réunions </li>.
<li>existence d'un ou plusieurs plans de gestion de l'eau communs ou coordonnés, ou d'objectifs communs </li>.
<li>échange régulier d'informations et de données </li>.
</ul>
<p>Une interprétation différente dans l'objet de l'application (uniquement les eaux de surface ou à la fois les eaux de surface et les eaux souterraines) peut constituer une autre raison. </p>
<p>La collecte des données des pays par le biais de mécanismes de validation, notamment les rapports établis au titre de la Convention sur l'eau, devrait améliorer la cohérence et l'exactitude des informations dans les pays à mesure que la surveillance progresse.</p>
a month ago
User avatar mirigaj

New translation

SDG Metadata / 6-5-2French

<h1>Data availability</h1>
<h2>Description:</h2>
<p>Data are not so far included in the National Statistical Systems but the information needed to calculate the indicator is simple, does not require advanced monitoring capacities and is normally available to all countries at the ministries or agencies responsible for water resources.</p>
<p>Data is available for the 154 countries having territorial borders in a number of existing databases. </p>
<ul>
<li>Asia and Pacific: 39</li>
<li>Africa: 47</li>
<li>Latin America and the Caribbean: 22 </li>
<li>Europe, North America, Australia, New Zealand and Japan: 46</li>
</ul>
<h2>Time series:</h2>
<p>NA</p>
<h2>Disaggregation:</h2>
<p>Data would be most reliably collected at the national level. Basin level data can also be disaggregated to country level (for national reporting) and aggregated to regional and global level.</p>
<h1>Disponibilité des données </h1>
<h2>Description : </h2>
<p>Les données ne sont pas encore incluses dans les systèmes statistiques nationaux, mais les informations nécessaires pour calculer l'indicateur sont simples, ne nécessitent pas de capacités de suivi avancées et sont normalement disponibles pour tous les pays auprès des ministères ou des agences responsables des ressources en eau.</p>
<p>Les données sont disponibles pour les 154 pays ayant des frontières territoriales dans un certain nombre de bases de données existantes. </p>
<ul>
<li>Asie et Pacifique : 39 </li>
<li>Afrique : 47 </li>
<li>Amérique latine et Caraïbes : 22 </li>
<li>Europe, Amérique du Nord, Australie, Nouvelle-Zélande et Japon : 46</li>
</ul>
<h2>Séries chronologiques : </h2>
<p>NA </p>
<h2>Désaggrégation:</h2>
<p>Les données seraient recueillies de la manière la plus fiable au niveau national<p>. Les données au niveau des bassins peuvent également être désagrégées au niveau des pays (pour les rapports nationaux) et agrégées au niveau régional et mondial. </p>
a month ago
User avatar mirigaj

Translation changed

SDG Metadata / 6-5-2French

<h2>Regional aggregates:</h2>
<p>Regional and global estimates will be obtained by summing up the total transboundary basin areas with arrangement and dividing the result by the total transboundary basin area of the countries. It means that the total transboundary basin area need to be reported at national level, in addition to the indicator value. </p>
<p>The information collected with the reporting under the Water Convention can support disaggregation at basin level and distinguishing aquifers and river basins, and support aggregation at the global or regional level. </p>
<p>Baseline assessment from global database can be performed at any desired geographical scale: sub-national, national, regional, basin scale, global, etc.</p>
<h2>Agrégats régionaux : </h2>
<p>Les estimations régionales et mondiales seront obtenues en additionnant les zones totales des bassins transfrontaliers avec l'arrangement et en divisant le résultat par la zone totale des bassins transfrontaliers des pays. Cela signifie que la superficie totale du bassin transfrontalier doit être communiquée au niveau national, en plus de la valeur de l'indicateur. </p>
<p>Les informations recueillies dans le cadre de la communication d'informations au titre de la Convention sur l'eau peuvent faciliter la désagrégation au niveau des bassins et la distinction entre les aquifères et les bassins hydrographiques, ainsi que l'agrégation au niveau mondial ou régional. </p>
<p>L'évaluation de base à partir de la base de données mondiale peut être effectuée à n'importe quelle échelle géographique souhaitée : infranationale, nationale, régionale, à l'échelle du bassin, mondiale, etc.</p>
a month ago
User avatar mirigaj

New translation

SDG Metadata / 6-5-2French

<h2>Regional aggregates:</h2>
<p>Regional and global estimates will be obtained by summing up the total transboundary basin areas with arrangement and dividing the result by the total transboundary basin area of the countries. It means that the total transboundary basin area need to be reported at national level, in addition to the indicator value. </p>
<p>The information collected with the reporting under the Water Convention can support disaggregation at basin level and distinguishing aquifers and river basins, and support aggregation at the global or regional level. </p>
<p>Baseline assessment from global database can be performed at any desired geographical scale: sub-national, national, regional, basin scale, global, etc.</p>
<h2>Agrégats régionaux : </h2>
<p>Les estimations régionales et mondiales seront obtenues en additionnant les zones totales des bassins transfrontaliers avec l'arrangement et en divisant le résultat par la zone totale des bassins transfrontaliers des pays. Cela signifie que la superficie totale du bassin transfrontalier doit être communiquée au niveau national, en plus de la valeur de l'indicateur. </p>
<p>Les informations recueillies dans le cadre de la communication d'informations au titre de la Convention sur l'eau peuvent faciliter la désagrégation au niveau des bassins et la distinction entre les aquifères et les bassins hydrographiques, ainsi que l'agrégation au niveau mondial ou régional. </p>
<p>L'évaluation de base à partir de la base de données mondiale peut être effectuée à n'importe quelle échelle géographique souhaitée : infranationale, nationale, régionale, à l'échelle du bassin, mondiale, etc.
a month ago
User avatar mirigaj

Translation changed

SDG Metadata / 6-5-2French

<h2>Treatment of missing values:</h2>
<ul>
<li>At country level</li>
</ul>
<p>In the case of spatial data: For the basin delineations, Digital Elevation Model information can be used to delineate surface water basin boundaries. For aquifers, geological maps can provide a basis for approximating aquifer extent. In the case of groundwater, uncertainty about transboundary nature remains unless investigations of hydraulic properties have been made. In the absence of administrative records, gaps about the cooperation arrangements are difficult to fill.</p>
<ul>
<li>At regional and global levels</li>
</ul>
<p>The indicator is not appropriate for countries without a terrestrial border, so notably island states will not be reporting a value on this indicator. International databases and inventories (as described in section 6) are available for reference in the absence of information reported by countries. Missing surface water basin extent can be extracted from Digital Elevation Models available globally. Global geological maps and maps of hydrogeology/groundwater potential also exist which could be used to approximate aquifer extent (surface area).</p>
<p>Concerning agreements, consistency of information reported by co-riparian countries can be used to fill gaps in information about agreements and their operationality.</p>
<h2>Traitement des valeurs manquantes : </h2>
<ul>
<li>Au niveau national</li>
</ul>
<p> Dans le cas des données spatiales : Pour la délimitation des bassins, les informations du modèle numérique d'élévation peuvent être utilisées pour délimiter les limites des bassins d'eau de surface. Pour les aquifères, les cartes géologiques peuvent fournir une base pour l'approximation de l'étendue de l'aquifère. Dans le cas des eaux souterraines, l'incertitude sur la nature transfrontalière demeure, à moins que des études sur les propriétés hydrauliques n'aient été effectuées. En l'absence de dossiers administratifs, les lacunes concernant les accords de coopération sont difficiles à combler. </p>
<ul>
<li>Au niveau régional et mondial </li>
</ul>
<p>L'indicateur n'est pas approprié pour les pays sans frontière terrestre, de sorte que les États insulaires, notamment, ne communiqueront pas de valeur pour cet indicateur. Les bases de données et les inventaires internationaux (tels que décrits dans la section 6) sont disponibles à titre de référence en l'absence d'informations communiquées par les pays. L'étendue manquante des bassins d'eau de surface peut être extraite des modèles numériques d'élévation disponibles dans le monde entier. Il existe également des cartes géologiques mondiales et des cartes de l'hydrogéologie/du potentiel des eaux souterraines qui pourraient être utilisées pour estimer l'étendue (surface) des aquifères. </p>
<p>En ce qui concerne les accords, la cohérence des informations communiquées par les pays co-riverains peut être utilisée pour combler les lacunes dans les informations sur les accords et leur caractère opérationnel.</p>
a month ago
User avatar mirigaj

New translation

SDG Metadata / 6-5-2French

<h2>Treatment of missing values:</h2>
<ul>
<li>At country level</li>
</ul>
<p>In the case of spatial data: For the basin delineations, Digital Elevation Model information can be used to delineate surface water basin boundaries. For aquifers, geological maps can provide a basis for approximating aquifer extent. In the case of groundwater, uncertainty about transboundary nature remains unless investigations of hydraulic properties have been made. In the absence of administrative records, gaps about the cooperation arrangements are difficult to fill.</p>
<ul>
<li>At regional and global levels</li>
</ul>
<p>The indicator is not appropriate for countries without a terrestrial border, so notably island states will not be reporting a value on this indicator. International databases and inventories (as described in section 6) are available for reference in the absence of information reported by countries. Missing surface water basin extent can be extracted from Digital Elevation Models available globally. Global geological maps and maps of hydrogeology/groundwater potential also exist which could be used to approximate aquifer extent (surface area).</p>
<p>Concerning agreements, consistency of information reported by co-riparian countries can be used to fill gaps in information about agreements and their operationality.</p>
<h2>Traitement des valeurs manquantes : </h2>
<ul>
<li>Au niveau national</li>
</ul>
<p> Dans le cas des données spatiales : Pour la délimitation des bassins, les informations du modèle numérique d'élévation peuvent être utilisées pour délimiter les limites des bassins d'eau de surface. Pour les aquifères, les cartes géologiques peuvent fournir une base pour l'approximation de l'étendue de l'aquifère. Dans le cas des eaux souterraines, l'incertitude sur la nature transfrontalière demeure, à moins que des études sur les propriétés hydrauliques n'aient été effectuées. En l'absence de dossiers administratifs, les lacunes concernant les accords de coopération sont difficiles à combler. </p>
<ul>
<li>Au niveau régional et mondial </li>
</ul>
<p>L'indicateur n'est pas approprié pour les pays sans frontière terrestre, de sorte que les États insulaires, notamment, ne communiqueront pas de valeur pour cet indicateur. Les bases de données et les inventaires internationaux (tels que décrits dans la section 6) sont disponibles à titre de référence en l'absence d'informations communiquées par les pays. L'étendue manquante des bassins d'eau de surface peut être extraite des modèles numériques d'élévation disponibles dans le monde entier. Il existe également des cartes géologiques mondiales et des cartes de l'hydrogéologie/du potentiel des eaux souterraines qui pourraient être utilisées pour estimer l'étendue (surface) des aquifères. </p>
En ce qui concerne les accords, la cohérence des informations communiquées par les pays co-riverains peut être utilisée pour combler les lacunes dans les informations sur les accords et leur caractère opérationnel.</p>
a month ago
User avatar mirigaj

New translation

SDG Metadata / 6-5-2French

<h1>Methodology</h1>
<h2>Computation method:</h2>
<p><strong><em>Step 1 Identify the transboundary surface waters and aquifers</em></strong></p>
<p>While the identification of transboundary surface water is straightforward, the identification of transboundary aquifers requires investigations.</p>
<p>If there are no transboundary surface waters or groundwaters, reporting is not applicable.</p>
<p><strong><em>Step 2 Calculate the surface area of each transboundary basin and the total sum</em></strong></p>
<p>Commonly at least the basins of the rivers and lakes have been delineated through topographic maps and the basin area is known or easily measurable. </p>
<p>The total transboundary surface area in the country is the sum of the surface areas in the country of each of the transboundary basins and aquifers (expressed in km2). Transboundary areas for different types of systems (e.g. river basin and aquifer) or multiple aquifers may overlap. The area of transboundary aquifers, even if located within a transboundary river basin, should be added to be able to track progress of cooperation on transboundary aquifers. </p>
<p>The calculations can most easily be carried with Geographical Information Systems (GIS). Once generated, with appropriate tools for spatial analysis, the shapes of the surface catchments and the aquifers can be used to report both disaggregated (for the surface water basin or aquifer) and aggregated (agreement exists on either one).</p>
<p><strong><em>Step 3 Review existing arrangements for transboundary cooperation in water management and verify which transboundary waters are covered by a cooperation arrangement</em></strong></p>
<p>Some operational arrangements for integrated management of transboundary waters in place cover both surface waters and groundwaters. In such cases, it should be clear that the geographical extent of both is used to calculate the indicator value.</p>
<p>In other cases, the area of application may be limited to a border section of the watercourse and in such cases only the corresponding area should be considered as potentially having an operational arrangement for calculating the indicator value. </p>
<p>At the end of this step, it should be known which transboundary basins are covered by cooperation arrangements (and their respective areas). </p>
<p><strong><em>Step 4 Check which of the existing arrangements for transboundary cooperation in water management are operational</em></strong></p>
<p>The following check-list allows determining whether the cooperation arrangement on a particular basin or in relation to a particular co-riparian country is operational:</p>
<ul>
<li>existence of a joint body, joint mechanism or commission for transboundary cooperation </li>
<li>regularity of formal communication in form of meetings </li>
<li>existence of joint or coordinated water management plan(s), or of joint objectives </li>
<li>regular exchange of information and data </li>
</ul>
<p>If any of the conditions is not met, the cooperation arrangement cannot be considered operational. This information is currently available in countries and can also be withdrawn from global, regional or basin reporting systems.</p>
<p><strong><em>Step 5 Calculate the indicator value</em></strong></p>
<p>That is, the area share by adding up the surface area in the country of those transboundary surface water basins or aquifers that are covered by an operational cooperation arrangement and dividing it by the total summed up area in the country of all transboundary basins (including aquifers), multiplied by 100 to obtain a percentage share.</p>
<h1>Méthodologie</h1>
<h2>Méthode de calcul :</h2>
<p><strong><em>Étape 1 Identifier les eaux de surface et les aquifères transfrontières </em></strong></p>
<p>Si l'identification des eaux de surface transfrontalières est simple, l'identification des aquifères transfrontaliers nécessite des enquêtes.</p>
<p>S'il n'y a pas d'eaux de surface ou d'eaux souterraines transfrontalières, la déclaration n'est pas applicable</p>.
<p><strong><em>Étape 2 Calculer la superficie de chaque bassin transfrontalier et la somme totale </em></strong></p>
<p>Généralement, au moins les bassins des rivières et des lacs ont été délimités par des cartes topographiques et la zone du bassin est connue ou facilement mesurable. </p>
<p>La superficie totale transfrontalière du pays est la somme des superficies dans le pays de chacun des bassins et aquifères transfrontaliers (exprimée en km2). Les zones transfrontalières pour différents types de systèmes (par exemple, bassin fluvial et aquifère) ou plusieurs aquifères peuvent se chevaucher. La zone des aquifères transfrontaliers, même si elle est située dans un bassin hydrographique transfrontalier, doit être ajoutée pour pouvoir suivre les progrès de la coopération sur les aquifères transfrontaliers. </p>
<p>Les calculs peuvent être effectués plus facilement avec les systèmes d'information géographique (SIG). Une fois générées, avec des outils appropriés pour l'analyse spatiale, les formes des bassins versants de surface et des aquifères peuvent être utilisées pour rendre compte à la fois de manière désagrégée (pour le bassin d'eau de surface ou l'aquifère) et agrégée (il existe un accord sur l'un ou l'autre). </p>
<p><strong><em>Étape 3 Examiner les accords existants de coopération transfrontalière en matière de gestion de l'eau et vérifier quelles eaux transfrontalières sont couvertes par un accord de coopération </em></strong></p>
<p>Certains arrangements opérationnels pour la gestion intégrée des eaux transfrontalières en place couvrent à la fois les eaux de surface et les eaux souterraines. Dans ces cas, il doit être clair que l'étendue géographique des deux est utilisée pour calculer la valeur de l'indicateur. </p>
<p>Dans d'autres cas, le domaine d'application peut être limité à une section frontalière du cours d'eau et, dans ce cas, seule la zone correspondante doit être considérée comme pouvant potentiellement disposer d'un dispositif opérationnel pour le calcul de la valeur de l'indicateur. </p>
<p>À l'issue de cette étape, il convient de savoir quels sont les bassins transfrontaliers couverts par des accords de coopération (et leurs zones respectives). </p>
<p><strong><em>Étape 4 Vérifier quels sont les arrangements existants pour la coopération transfrontalière en matière de gestion de l'eau qui sont opérationnels </em></strong></p>
<p>La liste de contrôle suivante permet de déterminer si l'accord de coopération sur un bassin particulier ou en relation avec un pays co-riverain particulier est opérationnel : </p>
<ul>
<li>existence d'un organe commun, d'un mécanisme commun ou d'une commission mixte de coopération transfrontalière. </li>
<li>Régularité de la communication formelle sous forme de réunions </li>.
<li>existence d'un ou plusieurs plans de gestion de l'eau communs ou coordonnés, ou d'objectifs communs. </li>
<li>Échange régulier d'informations et de données </li>
</ul>
<li>Si l'une des conditions n'est pas remplie, l'accord de coopération ne peut être considéré comme opérationnel. Ces informations sont actuellement disponibles dans les pays et peuvent également être retirées des systèmes de notification mondiaux, régionaux ou de bassin. </p>
<p><strong><em>Étape 5 Calculer la valeur de l'indicateur </em></strong></p>
<li> C'est-à-dire la part de superficie en additionnant la superficie dans le pays des bassins d'eau de surface ou des aquifères transfrontaliers qui sont couverts par un accord de coopération opérationnelle et en la divisant par la superficie totale additionnée dans le pays de tous les bassins transfrontaliers (y compris les aquifères), multipliée par 100 pour obtenir une part en pourcentage.</p>
a month ago
Browse all translation changes

Statistics

Percent Strings Words Chars
Total 21 3,311 25,602
Translated 100% 21 3,311 25,602
Needs editing 0% 0 0 0
Failing checks 28% 6 931 6,781

Last activity

Last change Dec. 21, 2020, 10:47 p.m.
Last author Diada Mirindi

Daily activity

Daily activity

Weekly activity

Weekly activity