Translation Information

Project website github.com/worldbank/sdg-metadata
Instructions for translators

This project is limited to Russian translation only, for now.

More detailed instructions to come.

Translation process
  • Translations can be made directly.
  • Translation suggestions are turned off.
  • Any authenticated user can contribute.
  • The translation uses bilingual files.
Translation license MIT License
Source code repository https://github.com/worldbank/sdg-metadata
Repository branch master
Last remote commit Trigger build 4c455bf932
User avatar brockfanning authored yesterday
Weblate repository https://hosted.weblate.org/git/sdg-metadata/1-1-1a/
Filemask translations/*/2-1-1.po
Translation file translations/fr/2-1-1.po
User avatar NelMed

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<p>Last updated: March 2020</p>
<p>Dernière mise à jour : Mars 2020</p>
8 hours ago
User avatar NelMed

New contributor

SDG Metadata / 2-1-1French

New contributor 8 hours ago
User avatar NicolasR

Marked for edit

SDG Metadata / 2-1-1French

<p>Last updated: March 2020</p>
<p> Dernière mise à jour : mMars 2020</p>
a week ago
User avatar brockfanning

Resource update

SDG Metadata / 2-1-1French

Resource update 8 days ago
User avatar Catherine

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<h1>Data compilers </h1>
<p>Food and Agriculture Organization of the United Nations, Statistics Division, Food Security and Nutrition Statistics Team </p>
<h1>Compilateur de données </h1>
<p>FAO, Division des statistiques, Équipe des statistiques sur la sécurité alimentaire et la nutrition.</p>
4 months ago
User avatar Catherine

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<h1>Data compilers </h1>
<p>Food and Agriculture Organization of the United Nations, Statistics Division, Food Security and Nutrition Statistics Team </p>
<h1>Compilateur (s) de données </h1>
<p>OFAO, Division des statistiques, Équipe des statistiques sur la sécurité alimentaire et la nutrition.</p>
4 months ago
User avatar Catherine

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<h1>Data sources </h1>
<h2>Description: </h2>
<p>The ideal source of data to estimate the PoU would be a carefully designed and skillfully conducted individual dietary intake survey, in which actual daily food consumption, together with heights and weights for each surveyed individual, are repeatedly measured on a sample that is representative of the target population. Due to their cost, however, such surveys are rare.</p>
<p>In principle, a well-designed household survey that collects information on food acquisitions might be sufficient to inform a reliable estimate of the Prevalence of Undernourishment in a population, at a reasonable cost and with the necessary periodicity to inform the SDG monitoring process, provided that: </p>
<ol>
<li>All sources of food consumption for all members of the households are properly accounted for, including, in particular, food that is consumed away from home; </li>
<li>Sufficient information is available to convert the data on food consumption or on food expenditures into their contribution to dietary energy intake; </li>
<li>The proper methods to compute the PoU are used, to control for excess variability in the estimated levels of habitual food consumption across households, allowing for the presence on normal variability in the distribution of food consumption across individuals, induced by the differences in energy requirements of the members of the population. </li>
</ol>
<p>Examples of surveys that could be considered for this purpose include surveys conducted to compute economic statistics and conduct poverty assessments, such as Household Income and Expenditure Surveys, Household Budget Surveys and Living Standard Measurement Surveys. </p>
<p>In practice, however, it is often impossible, and not advisable, to rely only on data collected through a household survey, as the information needed to estimate the four parameters of the PoU model is either missing or imprecise. </p>
<p>Household Survey food consumption data often must be integrated by </p>
<ol>
<li>Data on the demographic structure of the population of interest by sex and age; </li>
<li>Data or information on the median height of individuals in each sex and age class; </li>
<li>Data on the distribution of physical activity levels in the population; </li>
<li>Alternative data on the total amounts of food available for human consumption, to correct for biases in the estimate of the national average daily dietary energy consumption in the population. </li>
</ol>
<p>Data for a), b) and c) could be available through the same multipurpose survey that provides food consumption data, but are more likely available from other sources, such as National Demographic and Health Surveys (for a) and b) ) and Time Use Surveys (for c) ). </p>
<p>Correcting for bias in the estimated average daily dietary energy consumption might need to be based on alternative sources on food consumption, such as aggregate food supply and utilization accounts and food balance sheets. </p>
<p>To inform its estimate of PoU at national, regional and global level, in addition to all household surveys for which it is possible to obtain micro data on food consumption, FAO relies on: </p>
<ol>
<li>UN Population Division&#x2019;s World Population Prospects (<a href="https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/">https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/</a>), which provide updated estimates of the structures of the national population by sex and age every two years for most countries in the world; </li>
<li>FAO Food Balance Sheets (<a href="http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E">http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E</a>), which provides updated estimates of the national availability of food every year for most countries in the world.</li>
</ol>
<p>Micro data from household surveys that collect food consumption data are sourced by FAO directly through the National Statistical Agencies&#x2019; websites, or through specific bilateral agreements.</p>
<h1>Source(s) de données </h1>
<h2>Description : </h2>
<p>La source de données idéale pour estimer la prévalence de la sous-alimentation serait une enquête sur l'apport alimentaire individuel, soigneusement conçue et habilement menée, dans laquelle la consommation alimentaire quotidienne réelle, ainsi que la taille et le poids de chaque personne interrogée, sont mesurés de manière répétée sur un échantillon représentatif de la population cible. Toutefois, en raison de leur coût, ces enquêtes sont rares.</p>
<p>En principe, une enquête auprès des ménages bien conçue et recueillant des informations sur les acquisitions alimentaires pourrait être suffisante pour fournir une estimation fiable de la prévalence de la sous-alimentation dans une population, à un coût raisonnable et avec la périodicité nécessaire pour éclairer le processus de suivi des ODD, à condition que : </p>
<ol>
<li>Toutes les sources de consommation alimentaire de tous les membres des ménages soient correctement comptabilisées, y compris les aliments consommés hors du domicile;</li>
<li>Des informations suffisantes soient disponibles pour convertir les données sur la consommation alimentaire ou sur les dépenses alimentaires en contribution à l'apport énergétique alimentaire; </li>
<li>Les méthodes appropriées de calcul de la prévalence de la sous-alimentation soient utilisées pour contrôler la variabilité excessive des niveaux estimés de consommation alimentaire habituelle des ménages, en tenant compte de la variabilité normale de la distribution de la consommation alimentaire entre les individus, liée aux différences de besoins énergétiques des membres de la population. </li>
</ol>
<p>Des exemples d'enquêtes qui pourraient être envisagées à cette fin comprennent les enquêtes menées pour calculer des statistiques économiques et effectuer des évaluations de la pauvreté, telles que les enquêtes sur les revenus et les dépenses des ménages, les enquêtes sur le budget des ménages et les enquêtes sur la mesure du niveau de vie. </p>
<p>Dans la pratique, cependant, il est souvent impossible, et déconseillé, de se fier uniquement aux données collectées dans le cadre d'une enquête auprès des ménages, car les informations nécessaires pour estimer les quatre paramètres du modèle de prévalence de la sous-alimentation sont soit manquantes, soit imprécises. </p>
<p>Les données sur la consommation alimentaire de l'enquête sur les ménages doivent souvent être supportées par des : </p>
<ol>
<li>données sur la structure démographique de la population concernée par sexe et âge; </li>
<li>données ou informations sur la taille médiane des individus de chaque sexe et tranche d'âge; </li>
<li>données sur la distribution des niveaux d'activité physique dans la population; </li>
<li>données alternatives sur les quantités totales d'aliments disponibles pour la consommation humaine, afin de corriger les biais dans l'estimation de la consommation énergétique alimentaire quotidienne moyenne nationale de la population. </li>
</ol>
<p> Les données pour a), b) et c) pourraient être disponibles par le biais d'une même enquête polyvalente fournissant des données sur la consommation alimentaire, mais sont plus probablement disponibles auprès d'autres sources, telles que les enquêtes nationales sur la démographie et la santé (pour a) et b) ) et les enquêtes sur l'emploi du temps (pour c)).</p>
<p>La correction du biais dans l'estimation de la consommation énergétique alimentaire quotidienne moyenne pourrait devoir être basée sur d'autres sources de consommation alimentaire, telles que les comptes globaux d'approvisionnement et d'utilisation des aliments et les bilans alimentaires. </p>
<p>Pour étayer son estimation des prévalences de la sous-alimentation aux niveaux national, régional et mondial, en plus de toutes les enquêtes auprès des ménages pour lesquelles il est possible d'obtenir des microdonnées sur la consommation alimentaire, la FAO s'appuie sur : </p>
<ol>
<li>UN Population Division&#x2019;s World Population Prospects (<a href="https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/">https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/</a>), qui fournit des estimations actualisées des structures de la population nationale par sexe et âge tous les deux ans pour la plupart des pays du monde; </li>
<li>FAO Food Balance Sheets (<a href="http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E">http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E</a>), qui fournit chaque année des estimations actualisées des disponibilités alimentaires nationales pour la plupart des pays du monde.</li>
</ol>
<p>Les microdonnées provenant des enquêtes sur les ménages recueillant des données sur la consommation alimentaire sont fournies à la FAO directement par les bureaux nationaux de statistique (BNS), ou via leurs sites Internet ou des accords bilatéraux spécifiques.</p>
4 months ago
User avatar Catherine

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<h1>Data sources </h1>
<h2>Description: </h2>
<p>The ideal source of data to estimate the PoU would be a carefully designed and skillfully conducted individual dietary intake survey, in which actual daily food consumption, together with heights and weights for each surveyed individual, are repeatedly measured on a sample that is representative of the target population. Due to their cost, however, such surveys are rare.</p>
<p>In principle, a well-designed household survey that collects information on food acquisitions might be sufficient to inform a reliable estimate of the Prevalence of Undernourishment in a population, at a reasonable cost and with the necessary periodicity to inform the SDG monitoring process, provided that: </p>
<ol>
<li>All sources of food consumption for all members of the households are properly accounted for, including, in particular, food that is consumed away from home; </li>
<li>Sufficient information is available to convert the data on food consumption or on food expenditures into their contribution to dietary energy intake; </li>
<li>The proper methods to compute the PoU are used, to control for excess variability in the estimated levels of habitual food consumption across households, allowing for the presence on normal variability in the distribution of food consumption across individuals, induced by the differences in energy requirements of the members of the population. </li>
</ol>
<p>Examples of surveys that could be considered for this purpose include surveys conducted to compute economic statistics and conduct poverty assessments, such as Household Income and Expenditure Surveys, Household Budget Surveys and Living Standard Measurement Surveys. </p>
<p>In practice, however, it is often impossible, and not advisable, to rely only on data collected through a household survey, as the information needed to estimate the four parameters of the PoU model is either missing or imprecise. </p>
<p>Household Survey food consumption data often must be integrated by </p>
<ol>
<li>Data on the demographic structure of the population of interest by sex and age; </li>
<li>Data or information on the median height of individuals in each sex and age class; </li>
<li>Data on the distribution of physical activity levels in the population; </li>
<li>Alternative data on the total amounts of food available for human consumption, to correct for biases in the estimate of the national average daily dietary energy consumption in the population. </li>
</ol>
<p>Data for a), b) and c) could be available through the same multipurpose survey that provides food consumption data, but are more likely available from other sources, such as National Demographic and Health Surveys (for a) and b) ) and Time Use Surveys (for c) ). </p>
<p>Correcting for bias in the estimated average daily dietary energy consumption might need to be based on alternative sources on food consumption, such as aggregate food supply and utilization accounts and food balance sheets. </p>
<p>To inform its estimate of PoU at national, regional and global level, in addition to all household surveys for which it is possible to obtain micro data on food consumption, FAO relies on: </p>
<ol>
<li>UN Population Division&#x2019;s World Population Prospects (<a href="https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/">https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/</a>), which provide updated estimates of the structures of the national population by sex and age every two years for most countries in the world; </li>
<li>FAO Food Balance Sheets (<a href="http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E">http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E</a>), which provides updated estimates of the national availability of food every year for most countries in the world.</li>
</ol>
<p>Micro data from household surveys that collect food consumption data are sourced by FAO directly through the National Statistical Agencies&#x2019; websites, or through specific bilateral agreements.</p>
<h1>Sources(s) de données </h1>
<h2>Description : </h2>
<p>La source de données idéale pour estimer la prévalence de la sous-alimentation serait une enquête sur l'apport alimentaire individuel, soigneusement conçue et habilement menée, dans laquelle la consommation alimentaire quotidienne réelle, ainsi que la taille et le poids de chaque personne interrogée, sont mesurés de manière répétée sur un échantillon représentatif de la population cible. Toutefois, en raison de leur coût, ces enquêtes sont rares.</p>
<p>En principe, une enquête auprès des ménages bien conçue et recueillant des informations sur les acquisitions alimentaires pourrait être suffisante pour fournir une estimation fiable de la prévalence de la sous-alimentation dans une population, à un coût raisonnable et avec la périodicité nécessaire pour éclairer le processus de suivi des ODD, à condition que : </p>
<ol>
<li>Toutes les sources de consommation alimentaire de tous les membres des ménages sont correctement comptabilisées, y compris les aliments consommés hors du domicile;</li>
<li>Des informations suffisantes sont disponibles pour convertir les données sur la consommation alimentaire ou sur les dépenses alimentaires en contribution à l'apport énergétique alimentaire; </li>
<li>Les méthodes appropriées de calcul de la prévalence de la sous-alimentation sont utilisées pour contrôler la variabilité excessive des niveaux estimés de consommation alimentaire habituelle des ménages, en tenant compte de la variabilité normale de la distribution de la consommation alimentaire entre les individus, liée aux différences de besoins énergétiques des membres de la population. </li>
</ol>
<p>Des exemples d'enquêtes qui pourraient être envisagées à cette fin comprennent les enquêtes menées pour calculer des statistiques économiques et effectuer des évaluations de la pauvreté, telles que les enquêtes sur les revenus et les dépenses des ménages, les enquêtes sur le budget des ménages et les enquêtes sur la mesure du niveau de vie. </p>
<p>Dans la pratique, cependant, il est souvent impossible, et déconseillé, de se fier uniquement aux données collectées dans le cadre d'une enquête auprès des ménages, car les informations nécessaires pour estimer les quatre paramètres du modèle de prévalence de la sous-alimentation sont soit manquantes, soit imprécises. </p>
<p>Les données sur la consommation alimentaire de l'enquête sur les ménages doivent souvent être supportées par des : </p>
<ol>
<li>données sur la structure démographique de la population concernée par sexe et âge; </li>
<li>données ou informations sur la taille médiane des individus de chaque sexe et tranche d'âge; </li>
<li>données sur la distribution des niveaux d'activité physique dans la population; </li>
<li>données alternatives sur les quantités totales d'aliments disponibles pour la consommation humaine, afin de corriger les biais dans l'estimation de la consommation énergétique alimentaire quotidienne moyenne nationale de la population. </li>
</ol>
<p> Les données pour a), b) et c) pourraient être disponibles par le biais d'une même enquête polyvalente fournissant des données sur la consommation alimentaire, mais sont plus probablement disponibles auprès d'autres sources, telles que les enquêtes nationales sur la démographie et la santé (pour a) et b) ) et les enquêtes sur l'emploi du temps (pour c)).</p>
<p>La correction du biais dans l'estimation de la consommation énergétique alimentaire quotidienne moyenne pourrait devoir être basée sur d'autres sources de consommation alimentaire, telles que les comptes globaux d'approvisionnement et d'utilisation des aliments et les bilans alimentaires. </p>
<p>Pour étayer son estimation des prévalences de la sous-alimentation aux niveaux national, régional et mondial, en plus de toutes les enquêtes auprès des ménages pour lesquelles il est possible d'obtenir des microdonnées sur la consommation alimentaire, la FAO s'appuie sur : </p>
<ol>
<li>UN Population Division&#x2019;s World Population Prospects (<a href="https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/">https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/</a>), qui fournit des estimations actualisées des structures de la population nationale par sexe et âge tous les deux ans pour la plupart des pays du monde; </li>
<li>FAO Food Balance Sheets (<a href="http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E">http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E</a>), qui fournit chaque année des estimations actualisées des disponibilités alimentaires nationales pour la plupart des pays du monde.</li>
</ol>
<p>Les microdonnées provenant des enquêtes sur les ménages recueillant des données sur la consommation alimentaire sont fournies à la FAO directement par les bureaux nationaux de statistique (BNS), ou via leurs sites Internet ou des accords bilatéraux spécifiques.</p>
4 months ago
User avatar Catherine

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<h1>Data sources </h1>
<h2>Description: </h2>
<p>The ideal source of data to estimate the PoU would be a carefully designed and skillfully conducted individual dietary intake survey, in which actual daily food consumption, together with heights and weights for each surveyed individual, are repeatedly measured on a sample that is representative of the target population. Due to their cost, however, such surveys are rare.</p>
<p>In principle, a well-designed household survey that collects information on food acquisitions might be sufficient to inform a reliable estimate of the Prevalence of Undernourishment in a population, at a reasonable cost and with the necessary periodicity to inform the SDG monitoring process, provided that: </p>
<ol>
<li>All sources of food consumption for all members of the households are properly accounted for, including, in particular, food that is consumed away from home; </li>
<li>Sufficient information is available to convert the data on food consumption or on food expenditures into their contribution to dietary energy intake; </li>
<li>The proper methods to compute the PoU are used, to control for excess variability in the estimated levels of habitual food consumption across households, allowing for the presence on normal variability in the distribution of food consumption across individuals, induced by the differences in energy requirements of the members of the population. </li>
</ol>
<p>Examples of surveys that could be considered for this purpose include surveys conducted to compute economic statistics and conduct poverty assessments, such as Household Income and Expenditure Surveys, Household Budget Surveys and Living Standard Measurement Surveys. </p>
<p>In practice, however, it is often impossible, and not advisable, to rely only on data collected through a household survey, as the information needed to estimate the four parameters of the PoU model is either missing or imprecise. </p>
<p>Household Survey food consumption data often must be integrated by </p>
<ol>
<li>Data on the demographic structure of the population of interest by sex and age; </li>
<li>Data or information on the median height of individuals in each sex and age class; </li>
<li>Data on the distribution of physical activity levels in the population; </li>
<li>Alternative data on the total amounts of food available for human consumption, to correct for biases in the estimate of the national average daily dietary energy consumption in the population. </li>
</ol>
<p>Data for a), b) and c) could be available through the same multipurpose survey that provides food consumption data, but are more likely available from other sources, such as National Demographic and Health Surveys (for a) and b) ) and Time Use Surveys (for c) ). </p>
<p>Correcting for bias in the estimated average daily dietary energy consumption might need to be based on alternative sources on food consumption, such as aggregate food supply and utilization accounts and food balance sheets. </p>
<p>To inform its estimate of PoU at national, regional and global level, in addition to all household surveys for which it is possible to obtain micro data on food consumption, FAO relies on: </p>
<ol>
<li>UN Population Division&#x2019;s World Population Prospects (<a href="https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/">https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/</a>), which provide updated estimates of the structures of the national population by sex and age every two years for most countries in the world; </li>
<li>FAO Food Balance Sheets (<a href="http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E">http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E</a>), which provides updated estimates of the national availability of food every year for most countries in the world.</li>
</ol>
<p>Micro data from household surveys that collect food consumption data are sourced by FAO directly through the National Statistical Agencies&#x2019; websites, or through specific bilateral agreements.</p>
<h1>Source (s)s de données </h1>
<h2>Description : </h2>
<p>La source de données idéale pour estimer la prévalence de la sous-alimentation serait une enquête sur l'apport alimentaire individuel, soigneusement conçue et habilement menée, dans laquelle la consommation alimentaire quotidienne réelle, ainsi que la taille et le poids de chaque personne interrogée, sont mesurés de manière répétée sur un échantillon représentatif de la population cible. Toutefois, en raison de leur coût, ces enquêtes sont rares.</p>
<p>En principe, une enquête auprès des ménages bien conçue et recueillant des informations sur les acquisitions alimentaires pourrait être suffisante pour fournir une estimation fiable de la prévalence de la sous-alimentation dans une population, à un coût raisonnable et avec la périodicité nécessaire pour éclairer le processus de suivi des ODD, à condition que : </p>
<ol>
<li>Toutes les sources de consommation alimentaire de tous les membres des ménages sont correctement comptabilisées, y compris les aliments consommés hors du domicile;</li>
<li>Des informations suffisantes sont disponibles pour convertir les données sur la consommation alimentaire ou sur les dépenses alimentaires en contribution à l'apport énergétique alimentaire; </li>
<li>Les méthodes appropriées de calcul de la prévalence de la sous-alimentation sont utilisées pour contrôler la variabilité excessive des niveaux estimés de consommation alimentaire habituelle des ménages, en tenant compte de la variabilité normale de la distribution de la consommation alimentaire entre les individus, liée aux différences de besoins énergétiques des membres de la population. </li>
</ol>
<p>Des exemples d'enquêtes qui pourraient être envisagées à cette fin comprennent les enquêtes menées pour calculer des statistiques économiques et effectuer des évaluations de la pauvreté, telles que les enquêtes sur les revenus et les dépenses des ménages, les enquêtes sur le budget des ménages et les enquêtes sur la mesure du niveau de vie. </p>
<p>Dans la pratique, cependant, il est souvent impossible, et déconseillé, de se fier uniquement aux données collectées dans le cadre d'une enquête auprès des ménages, car les informations nécessaires pour estimer les quatre paramètres du modèle de prévalence de la sous-alimentation sont soit manquantes, soit imprécises. </p>
<p>Les données sur la consommation alimentaire de l'enquête sur les ménages doivent souvent être supportées par des : </p>
<ol>
<li>données sur la structure démographique de la population concernée par sexe et âge; </li>
<li>données ou informations sur la taille médiane des individus de chaque sexe et tranche d'âge; </li>
<li>données sur la distribution des niveaux d'activité physique dans la population; </li>
<li>données alternatives sur les quantités totales d'aliments disponibles pour la consommation humaine, afin de corriger les biais dans l'estimation de la consommation énergétique alimentaire quotidienne moyenne nationale de la population. </li>
</ol>
<p> Les données pour a), b) et c) pourraient être disponibles par le biais d'une même enquête polyvalente fournissant des données sur la consommation alimentaire, mais sont plus probablement disponibles auprès d'autres sources, telles que les enquêtes nationales sur la démographie et la santé (pour a) et b) ) et les enquêtes sur l'emploi du temps (pour c)).</p>
<p>La correction du biais dans l'estimation de la consommation énergétique alimentaire quotidienne moyenne pourrait devoir être basée sur d'autres sources de consommation alimentaire, telles que les comptes globaux d'approvisionnement et d'utilisation des aliments et les bilans alimentaires. </p>
<p>Pour étayer son estimation des prévalences de la sous-alimentation aux niveaux national, régional et mondial, en plus de toutes les enquêtes auprès des ménages pour lesquelles il est possible d'obtenir des microdonnées sur la consommation alimentaire, la FAO s'appuie sur : </p>
<ol>
<li>UN Population Division&#x2019;s World Population Prospects (<a href="https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/">https://esa.un.org/unpd/wpp/Download/Standard/Population/</a>), qui fournit des estimations actualisées des structures de la population nationale par sexe et âge tous les deux ans pour la plupart des pays du monde; </li>
<li>FAO Food Balance Sheets (<a href="http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E">http://faostat3.fao.org/download/FB/*/E</a>), qui fournit chaque année des estimations actualisées des disponibilités alimentaires nationales pour la plupart des pays du monde.</li>
</ol>
<p>Les microdonnées provenant des enquêtes sur les ménages recueillant des données sur la consommation alimentaire sont fournies à la FAO directement par les bureaux nationaux de statistique (BNS), ou via leurs sites Internet ou des accords bilatéraux spécifiques.</p>
4 months ago
User avatar Catherine

Translation changed

SDG Metadata / 2-1-1French

<h2>Methods and guidance available to countries for the compilation of the data at the national level: </h2>
<p>The main three sources of data at national level are: </p>
<ol>
<li>Official reports on the production, trade and utilization of the major food crop and livestock productions. </li>
<li>Household survey data on food consumption </li>
<li>Demographic characteristics of the national population </li>
</ol>
<p>Data sources for agricultural production are usually national surveys that are conducted by the Ministry of Agricultural/Livestock and/or the National Statistical Office. The surveys are usually annual, and in the absence of direct measurements, use information on areas/animal numbers and crop yields/carcass weights to calculate crop or livestock product quantities. Agricultural censuses, which FAO recommends conducting every ten years, may complement these surveys by providing more updated measured data on crops and livestock, and thus enable more precise projections/revisions. </p>
<p>The data source for agricultural and food trade is almost exclusively the national customs office (with few exceptions where data may be obtained from the Central Bank). Countries often prepare these trade reports following international standard formats (commodity/country classifications, units of measurement, trading partner detail). While such trade data may be considered quite reliable, being the result of direct measurement/reporting by/to the customs office, issues of unreported border trade (and animal movement), misclassification of commodities, confidentiality, time-lag, to name a few, may necessitate some data analysis and validation (often by referring to &#x2018; mirror&#x2019; trade statistics to cross-check quantities and values). </p>
<p>Data on the utilization of primary and processed crops and livestock may be obtained through specialized surveys (supplemented by research) through the national agri-food industry system. Utilizations of interest here are those quantities destined for, among others, animal feed, for industrial uses (e.g. biofuel production), for national/enterprise/farm stocks, for seed (sowing for the successive agricultural cycle) &#x2013; to enable as accurate an assessment as possible of the quantities destined/available for potential human consumption. </p>
<p>These datasets (production, trade and utilizations), once cross-checked and validated, form the basis for the compilation of the Food Balance Sheets (FBS). The FBS are an accounting framework whereby supply (production + imports + stock withdrawals) should equal utilization (export + food processing + feed + seed + industrial use, etc.). It should be noted that, within the FBS framework, post-harvest/slaughter losses (up to the retail level) are considered as utilization, and thus a component in the balancing of the FBS. The FBS framework provides a snapshot of the agricultural supply situation at the national level, and allows for a cross-referenced structure whereby data, official or estimated/imputed, may be further analyzed and validated (e.g. animal numbers may result as being under-reported/estimated). The main result of the compilation of the FBS is the calculation of the Dietary Energy Supply (DES) in kilocalories per person (based on population figures) in a given year (quantities resulting as available for human consumption are converted into their caloric equivalents by using appropriate nutritive conversion factors by commodity). The DES, in the absence of direct consumption data from household surveys, is one of the key components in the calculation of the Prevalence of Undernourishment (PoU). FAO is presently embarking on a more focused program of providing FBS capacity to countries, including an updated compilation tool. </p>
<p>FAO obtains crop/livestock primary/processed production data, and principal utilization thereof, through country-tailored questionnaires that are dispatched to all countries annually. Official country trade statistics are obtained annually through bulk downloads of the United Nations trade database (countries are expected to report to UNSD annually). In some cases, when available, national FBS data are also used. These datasets are then validated and form inputs in the country FBS which FAO compiles. It should be noted that when data are not officially reported/available (as is frequently the case with commodity utilization data), and hence it is necessary to resort to imputations to fill the data gaps. </p>
<p>The new FBS Guidelines for national compilation (completed recently in collaboration with the Global Strategy) and new compilation tool (R-based &#x2018;shiny&#x2019; application). </p>
<p><strong><em>Detail on FBS methodology: </em></strong><a href="http://www.fao.org/economic/ess/fbs/ess-fbs02/en/">http://www.fao.org/economic/ess/fbs/ess-fbs02/en/</a>. </p>
<p>The FBS Handbook shown here should not be confused with the recently completed FBS Guidelines. The Handbook is of a more technical nature and explains the methodology followed by FAO in compiling country FBS. The Guidelines on the other hand, while based on the Handbook, provide countries with a more revised and practical guidance and recommendations for compilation at the national level. </p>
<p><strong><em>Some FBS background text also available on FAOSTAT:</em></strong> <a href="http://www.fao.org/faostat/en/#data/FBS">http://www.fao.org/faostat/en/#data/FBS</a>. </p>
<h2>Méthodes et instructions à la disposition des pays pour la compilation des données au niveau national : </h2>
<p> Les trois principales sources de données au niveau national sont : </p>
<ol>
<li> Les rapports officiels sur la production, le commerce et l'utilisation des principales cultures vivrières et les élevages.</li>
<li> Les données d'enquêtes auprès des ménages sur la consommation alimentaire.</li>
<li> Les caractéristiques démographiques de la population nationale.</li>
</ol>
<p>Les sources de données sur la production agricole sont généralement des enquêtes nationales menées par le Ministère de l'agriculture (et de l'élevage) et/ou par le bureau national de statistique. Les enquêtes sont généralement annuelles et, en l'absence de mesures directes, utilisent des informations sur les superficies, le nombre d'animaux, les rendements des cultures et/ou le poids des carcasses pour calculer les quantités de produits au chapitre des cultures ou du bétail. Les recensements agricoles, que la FAO recommande de mener à tous les dix ans, peuvent compléter ces enquêtes en fournissant des données plus récentes sur les cultures et le bétail, et ainsi permettre des projections/révisions plus précises.</p>
<p> La source de données pour le commerce agricole et alimentaire est presque toujours le bureau national des douanes (à quelques exceptions près où les données peuvent être obtenues auprès de la Banque centrale). Les pays préparent souvent ces rapports commerciaux selon des formats normalisés internationaux (classifications des produits/pays, unités de mesure, détail des partenaires commerciaux). Bien que ces données commerciales puissent être considérées comme assez fiables, étant le résultat de mesures/déclarations directes par/au bureau de douane, des problèmes de commerce frontalier non déclaré (et de mouvement des animaux), de classification erronée des produits, de confidentialité, de décalage, pour n'en nommer que quelques-uns, peuvent nécessiter une analyse et une validation des données (souvent en se référant aux statistiques commerciales &#x2018;miroir&#x2019; pour vérifier les quantités et les valeurs). </p>
<p>Les données sur l'utilisation primaire et transformée des cultures et du bétail, peuvent être obtenues par le biais d'enquêtes spécialisées (complétées par des recherches) auprès de l'industrie agroalimentaire nationale. Les utilisations qui nous intéressent ici sont les quantités destinées, entre autres, à l'alimentation animale, à des usages industriels (par exemple la production de biocarburants), aux stocks nationaux/d'entreprises/agricoles, aux semences (semis pour le cycle agricole successif) – pour permettre une évaluation aussi précise que possible des quantités destinées et/ou disponibles à la consommation humaine potentielle.</p>
<p> Ces ensembles de données (production, commerce et utilisations), une fois recoupés et validés, constituent la base de la compilation des bilans alimentaires. Les bilans alimentaires constituent un cadre comptable dans lequel l'offre (production + importations + retraits de stocks) doit être égale à l'utilisation (exportation + transformation alimentaire + aliments + semences + utilisation industrielle, etc.). Il convient de noter que, dans le cadre des bilans alimentaires, les pertes après récolte/abattage (jusqu'au niveau de détail) sont considérées comme une utilisation, et donc une composante de l'équilibrage du bilan. Le cadre des bilans alimentaires fournit un portrait de la situation de l'offre agricole au niveau national et une structure de références croisées par laquelle les données, officielles ou estimées/imputées, peuvent être davantage analysées et validées (par exemple, le nombre d'animaux peut être sous-déclaré/estimé). Le principal résultat de la compilation du bilan alimentaire est le calcul de l'offre énergétique alimentaire (DES) en kilocalories par personne (sur la base des chiffres de la population) au cours d'une année donnée (les quantités résultant de la disponibilité pour la consommation humaine sont converties en leurs équivalents caloriques en utilisant facteurs de conversion nutritifs appropriés par produit). En l'absence de données directes sur la consommation provenant des enquêtes auprès des ménages, lea DES constitue l'un des éléments clés du calcul de la prévalence de la sous-alimentation. La FAO travaille actuellement à la mise en place d'un programme plus ciblé visant à fournir de l’appui aux pays pour l’établissement de bilans alimentaires, comprenant un outil de compilation mis à jour.</p>
<p>La FAO obtient des données sur la production primaire/transformée des cultures/du bétail, et leur utilisation principale, par le biais de questionnaires adaptés qui sont envoyés à tous les pays et ce à chaque année. Les statistiques officielles du commerce avec les pays sont obtenues chaque année grâce à des téléchargements en masse de la base de données sur le commerce des Nations unies (les pays doivent faire rapport annuellement à la DSNU). Dans certains cas, lorsqu'elles sont disponibles, les données des bilans alimentaires nationaux sont également utilisées. Ces ensembles de données sont ensuite validés et constituent des entrées dans le bilan alimentaire du pays que la FAO compile. Il convient de noter que lorsque les données ne sont pas officiellement déclarées/disponibles (comme c'est souvent le cas avec les données d'utilisation des produits), il est nécessaire de recourir à des imputations pour combler les lacunes dans les données.</p>
<p>Les nouvelles directives pour la compilation des bilans alimentaires nationaux (achevées récemment en collaboration avec la Stratégie mondiale) et le nouvel outil de compilation (application R shiny) sont maintenant disponibles.</p>
<p> <strong> <em>Détails sur la méthodologie des bilans alimentaires :</em> </strong> <a href="http://www.fao.org/economic/ess/fbs/ess-fbs02/fr/"> http://www.fao.org/economic/ess/fbs/ess-fbs02/fr/ </a>. </p>
<p>Le manuel présenté ici ne doit pas être confondu avec les directives récemment complétées. Le Manuel est de nature plus technique et explique la méthodologie suivie par la FAO pour compiler les bilans alimentaires des pays. Bien qu’elles soient basées sur le Manuel, les Lignes directrices fournissent quant à elles des orientations et des recommandations révisées et pratiques pour la compilation des données au niveau national.</p>
<p> <strong> <em>Certains textes de base sur les bilans alimentaires sont également disponibles sur FAOSTAT:</em> </strong> <a href="http://www.fao.org/faostat/fr/#data/FBS"> http://www.fao.org/faostat/fr/#data/FBS </a>. </p>
4 months ago
Browse all translation changes

Statistics

Percent Strings Words Chars
Total 23 5,541 38,662
Translated 100% 23 5,541 38,662
Needs editing 0% 0 0 0
Failing checks 30% 7 2,065 14,257

Last activity

Last change Dec. 1, 2020, 4:56 p.m.
Last author Nelcie Medeiros

Daily activity

Daily activity

Weekly activity

Weekly activity